Les 16 choses à retenir de Belgique – Italie.

L’Euro 2016 a débuté de la moins bonne des manières pour nos Diables Rouges. Battue par une Italie clairement au-dessus au niveau réalisme (0-2), la Belgique n’a déjà plus le choix: il faudra gagner samedi. La pression, déjà. Que retenir de la rencontre d’hier ? Tout ça.

1) Comment on dit déjà ? L’expression avec les pieds et la terre, là…

2) Ca va les gars, cool. Il reste deux matches à jouer. On n’est éliminé de rien. On a « juste » perdu contre l’Italie.

« Aaaah ah ah aaah ! Je t’aime à l’italienneeee »

2 bis) « Il vaut mieux perdre le premier match que le dernier ». Voilà, note la cette punchline. Tu la ressortiras pendant tes soirées bières – chips avec tes potes pour les impréssionner, c’est cadeau.

3) « Oh, ce joueur a fait un match nul, je le siffle à son remplacement ! Ouuuuh ! » – « Voilà, match fini, on a perdu, je siffle cette équipe de ploucs ! Bouuuuuuuh ! » « Je le savais que les Diables Rouges étaient nuls ! T’as vu combien ils sont payés pour ça ? » « Bon je vais écouter ce qu’en pense Stéphane Pauwels, il a sûrement des solutions à tout ça ».
Supporters de la Belgique depuis 2014.

4) Tactique, maturité, expérience et réalisme. En fait, l’Italie a toutes les qualités qu’il manque actuellement à notre équipe.

4 bis) Notre équipe a été aussi performante offensivement que Theon Greyjoy dans un bar à prostitués. #GoT

Marouane, un point de vue sur ces Diabolixs ?

Marouane, un point de vue sur ces Diabolixs ?

5) On espère que dans la vie de tous les jours, Romelu Lukaku parvient à faire des meilleurs choix que sur le terrain. Sinon, le garçon risque de manger ses piles usagées, sécher ses animaux au micro-onde et ou même chier sur sa table de nuit.

6) Avis à la population, les JT des différentes chaines de TV belges recherchent une personne ayant compris le remplacement de Nainggolan hier soir. Merci de vous manifester si c’est le cas. Un numéro d’urgence a été mis en place.

7) Pompéi 79,  Titanic 1912, Tchernobyl 1986, Haïti 2010, Kevin De Bruyne 2016.

Même à cache-cache, c'était pas ça...

Même à cache-cache, c’était pas ça…

8) Voyons le positif, nous ne sommes qu’à une petite unité de la deuxième place du groupe.

9) Voyons le négatif, nous sommes derniers de notre groupe, avec la plus mauvaise attaque et la plus mauvaise défense du tournoi.

10) Première titularisation dans un grand tournoi pour Laurent Ciman. Première d’une longue série. I hope.

11) C’est toujours pareil avec l’Italie: c’est quand on l’attend le moins qu’elle épate le plus. Remember 2006 et 2012.

12) Est-ce que le dealer personnel de Marc Wilmots pourrait arrêter de lui surdoser ses produits hallucinogènes ? Merci.

13) Sinon, malgré la défaite, on a quand même profité et découvert un stade magnifique, bien pensé et ultra-moderne. GG Lyon.

13 bis) « Ouais ça va, on le sait que tu y étais, crâneur ». Les rageux.

14) Hier, tous les Belges ont montré une magnifique image de notre pays à Lyon (même si certains ressemblaient plus à des panneaux publicitaires qu’à des fans de football). Tous, sauf 11.

Ambiance ambiance !

Ambiance ambiance !

15) Faites pas la gueule, ça ne vous va pas. Et de toute façon on sait bien que vous aller tous craquer et retourner dans votre pizzeria préférée dans pas longtemps. Evitez juste d’y aller aujourd’hui, c’est tout. La calzone et le tiramisu maison attendront bien un jour ou deux.

16) Bon, ben il ne reste plus qu’à se sortir les doigts du cul samedi et mercredi prochain. « Plus qu’à ».

Publicités

2 réflexions sur “Les 16 choses à retenir de Belgique – Italie.

  1. Jay dit :

    Je trouve ton analyse très pertinente! De Bruyne qui n’y est pas, ça peut arriver, mais changer le Ninja à la place de KDB, grossière erreur… Et puis Lukaku, un attaquant qui adore la profondeur face à une équipe qui joue au grand rectangle… Quant au réalisme, n’en parlons pas. Enfin, la maturité des italiens pour faire les fautes nécessaires nous tue 2 actions franches…

    Pendant ce temps là nous on les regarde nous prendre en contre et frapper à plusieurs reprises. Mais comme tu dis: tout n’est pas à jeter non plus et rien n’est fait. Il y a dix ans, on trouvait ça « normal » de perdre contre l’Italie. Aujourd’hui, on dirait que c’est eux qui ont créé l’exploit… Rien que ça, c’est « presque » rassurant. Mais il faut évoluer sinon on ira pas bcp plus loin que les 8e…

    Au plaisir de te lire.

    PS: Si tu peux envoyer ton FootManager à notre sélectionneur, avec des tactiques et des équipes types prédéfinies, ça serait bien…

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s