L’année 2016 de nos Diables Rouges…

L’année 2016 va être riche pour nos Diables Rouges. Bien sûr, il y a l’Euro en France, où ils seront parmi les outsiders (si pas favoris). Mais aussi une actualité individuelle très chaude. Entre performances, trophées, transferts et reconversions surprenantes, on ne va pas s’ennuyer cette année avec nos internationaux. Promis juré !

Eden Hazard (Chelsea, puis Real de Madrid)

C’était une évidence en début d’année 2016, après la nomination de Zinedine Zidane comme entraîneur du Real de Madrid. C’est devenu une réalité très rapidement. Le jeune Eden Hazard a (enfin) quitté sa triste équipe de Chelsea pour rejoindre la Maison Blanche. Et, à l’instar de Ronaldo, Neymar ou Messi, lui aussi a découvert, en cette année 2016, les plaisirs de planter 40 ou 50 goals dans un championnat mieux fait pour lui que la PL. De plus, Zizou lui a appris son tour préféré. Non pas la roulette, mais le coup de boule dans la poitrine d’un adversaire. Sauf qu’avec sa taille, ben… ça fait chat-bite en même temps. Eden est donc exclu en quart de finale de l’Euro face à l’Allemagne pour son heading contre cette crapule de Schweinsteiger. Et se voit infliger 14 matches de suspension. Marc Wilmots puis Hein Vanhaezebrouck apprécieront.

Chelsea v Newcastle United - Premier League

Vincent Kompany (Manchester City, CHL, CHU)

Janvier 2016: mollet. Mars 2016: ishios-jambiers. Mai 2016: dents de sagesse. Juin 2016: adducteurs. Septembre 2016: conjonctivite. Novembre 2016: pubalgie. Décembre 2016: ongles incarnés.

Bilan de l’année: 4 matches joués, dont la finale de l’Euro 2016 contre la France.

vincent-kompany

Marouane Fellaini (ManU, ManU et ManU)

Comme chaque année, Marouane Fellaini aura été critiqué en 2016. Comme chaque année, on l’aura déclaré indésirable aux yeux de son entraîneur. Comme chaque année, on l’a mis sur le départ de son club de Manchester. Comme chaque année, on l’aura cité à gauche, à droite.

MAIS

Comme chaque année, Marouane aura eu sa chance. Comme chaque année, il aura répondu présent. Comme chaque année, il se sera montré important, voir même indispensable au bien de son équipe. Et comme chaque année, il sera vu comme un cadeau béni pour son entraîneur (à savoir Pep Guardiola).

Marouane Fellaini, souvent critiqué, jamais remplacé.

MarouaneFellaini

Laurent Ciman (Montréal avant le Standard)

Auteur d’une année 2015 (sa première à Montréal) plutôt réussie, Lolo a fait bien mieux que confirmer. Suite au départ de Didier Drogba de son club, c’est lui qui prend les commandes et guide les siens. Lolo porte le brassard, tire les penalties, négocie les primes et… soulève le trophée de champion de MLS, en fin d’année 2016. Sa vie en Diable Rouge a également pris un gros tournant. Suite aux nombreuses blessures de Vincent Kompany, Marc Wilmots n’a eu d’autre choix que de lui donner sa chance. Laurent Ciman la saisit et ne quitta plus son poste de défenseur central. Il a même fait partie de l’équipe-type de l’Euro, aux côtés de Thibaut Courtois, Mats Hummels ou Andrés Iniesta. Les grands clubs se l’arrachent désormais: Manchester United, Liverpool, Dortmund ou encore le PSG. Mais Lolo l’a promis: s’il quitte Montréal, c’est pour le Standard. En 2017 ?

usatsi_8717852_168381069_lowres

Kevin De Bruyne (Manchester City/le toit du monde)

Le Diable de 2015 a bien confirmé toutes les attentes en 2016. Meilleur buteur et meilleur passeur de son club, Kev’ a soulevé le trophée de champion de Premier League en mai. Son premier depuis son titre avec… Genk. Malgré un Euro réussi, le Redhead One est tout de même resté à City. Les sollicitations du Real, du Bayern et de Barcelone n’auront pas eu raison de son envie de soulever la C1 avec les Citizens. Par contre, son succès a fait une victime collatérale: José Mourinho. L’entraîneur portugais, qui n’avait pas cru en De Bruyne, a sombré dans l’alcool et la dépression. « Bonjour José, c’est le Stef‘, c’est pour un Orage de la vie, ça te dit ? Ça paye bien hein! »

kevin-de-bruyne-3

Marc Wilmots (Diables Rouges, RTBF les mardis soir)

Après la défaite des Diables Rouges en finale de l’Euro contre la France, Marc Wilmots décide, enfin, d’aller voir ailleurs, après des années de bons et loyaux services. La place qui lui était réservée à Schalke n’étant plus libre, celui qui a remporté la Coupe UEFA (si vous ne le saviez pas) se chercha durant l’été un nouveau défi. Et c’est sa prestation d’octobre 2015 qui va lui donner l’envie: Willy s’inscrit au casting de The Voice Belgique. Pour le meilleur. Et surtout pour le pire. Il va enfin savoir ce que ça fait d’être coaché par des seconds couteaux.

87f905f48e43f9b2f3890ab380eb05cb-1444774503

Thibaut Courtois (Chelsea derrière et devant)

Blessé durant l’année 2015, Thibaut Courtois a retrouvé, en 2016, ses bonnes sensations. Élu moins mauvais joueur de Chelsea en fin de championnat, le portier a vécu un Euro plutôt tranquille, n’encaissant que 2 buts, dont un auto-goal de Kevin De Bruyne. Sans doute involontaire, hein. Lassé de voir son équipe de Chelsea jouer aussi mal, le grand Titi se proposa de jouer… en attaque. Et au final, avec bonheur, puisque notre compatriote a réussi à inscrire son 15e but lors du Boxing Day 2016, face à Newcastle. Une nouvelle carrière de goléador s’ouvre à lui… et c’est Simon Mignolet qui sourit !

Thibaut-Courtois

Romelu Lukaku (moitié homme moitié robot)

Big Rom a continué 2016 sur sa lancée de 2015: en plantant des goals, des goals, et encore des goals avec Everton. En mai 2016, Gromelu finit alors meilleurs buteur de Premier League. Et, cerise sur le gâteau, se voit décrocher un transfert doré à Manchester (Ndlr: pour augmenter mes chances je ne dirai pas lequel, hé). Malheureusement, le syndrome Luc Nilis a continué à lui jouer des tours. Puisqu’en équipe nationale, c’est carrément chou blanc. Au point que l’attaquant se retrouve numéro 3 dans la hiérarchie à l’Euro, derrière Benteke (pourtant blessé) et… Laurent Depoitre. On ne peut pas tout avoir, hein.

Romelu Lukaku, Eden Hazard

Christian Benteke (Liverpool)

Un tueur ! Jurgen Klopp a fait de lui un tueur ! Voilà ce qu’il nous manquait, nom de Dieu. Auteur d’un second tour très réussi avec les Reds de Liverpool, Cricri a bien écouté les conseils de son coach allemand. Ce dernier surnomme désormais notre attaquant Bentewandowski. Tout profit pour notre équipe nationale, qui en avait tant besoin. Sauf que pas de bol, Benteke s’est blessé juste avant l’Euro. L’histoire est cruelle, vraiment cruelle. Mais pour le moral de son joueur, Marc Wilmots décide, quand même, de le sélectionner. Il fallait bien quelqu’un pour couper les oranges à la place du désormais indispensable Laurent Ciman. Et puis même blessé, Benteke  a plus de chance de marquer en Diable que Lukaku.

218a0aefd1d1a4be65601cc6ddc1520e-1451306009

Steven Defour (Anderlecht)

Ah non, pardon, on parlait des Diables Rouges

4ca82b2a861f70cd15d83085b000dbde-1428476113

Yannick Ferreira-Carrasco (Atletico et retraite)

Une véritable surprise. Devenu un incontournable de la sélection de Marc Wilmots, on a bien cru que Yannick deviendrait un titulaire indiscutable après un Euro plus que réussi et une saison brillante à l’Atletico. Mais voilà, en conférence de presse extraordinaire en août 2016, YFC a annoncé son choix. Sa décision. Et elle en aura surpris plus d’un…

« Je dois mettre le football de côté pour autre chose. Aujourd’hui, j’ai l’opportunité de changer de vocation. De me lancer dans une carrière différente. C’est une chance unique qui ne passe pas deux fois. Dans la vie, on doit faire des choix. Je vous annonce donc que je suis, désormais, le sosie officiel de Conchita Wurst. Merci à tous de votre soutien. Et à bientôt sur les scènes de l’Eurovision. »

yannick-ferreira-carrasco-atletico-madrid-935145-0@1x

Jan Vertonghen (Tottenham mais on s’en cogne)

Seul fait d’arme important cette année 2016, le 22 juin contre la Suède: cette puissante reprise de volée « manquée » qui a fini dans le genou de Zlatan Ibrahimovic. Résultat des courses: le joueur du PSG doit arrêter sa carrière pour quintuple fracture de la rotule. Et Jan marqua l’histoire…

Sven Kums (Gand, Anderlecht)

/!\ ALERTE JEU DE MOT POURRI EN APPROCHE /!\

Sélectionné régulièrement suite à ses bonnes prestations en JPL et en C1, Sven Kums se veut ambitieux. Il faut dire qu’après son transfert à Anderlecht en juin 2016, le col de sa chemise a commencé à être trop petit. Malgré les Witsel, Nainggolan, Fellaini ou De Bruyne, Sven veut jouer. Et va au clash avec Willy. Au final, l’ancien Gantois décide de prendre sa retraite internationale, en septembre 2016. On appellera ceci… l’arrêt du Kums.

(je vous avais prévenu)

1224f0a2-879f-11e5-942f-4d57313fede2_web_scale_0.0374813_0.0374813__

BONUS

Fabrice Villa (Yvoir B)

Vous pensiez que Marc Wilmots allait se passer d’un tel attaquant ? Le joueur le plus capé de son équipe d’Yvoir B, qui a 43 ans, qui le meilleur buteur de l’équipe avec 9 réalisations (dont 7 penalties), et qui a même joué en P2, était une évidence pour aller à l’Euro. Mais voilà, Fabrice n’a pas aimé devoir laisser « son » numéro 9 à un jeune blanc-bec. Alors que lui, il est capitaine, hein. « C’était mon dernier match. Et mon premier aussi en fait. Baraki va! » aurait-il déclaré avant de quitter le Stade Roi Baudouin. Un sentiment de déjà-vu.

bb57db42f77807a9c5823bd8c2d9aaef-1446990022

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s