TOP 10: Comment pimenter les Playoffs 1.

Bon, on ne va pas se mentir les gars, les Playoffs ne passionnent plus vraiment. Le championnat relancé, les surprises, les deuxièmes chances, les « gros » matches, tout ça ne suffit même plus à rendre un championnat moribond au moins un minimum attractif. Bon, si je peux me mettre (et non me faire mettre), voici mes 10 petites idées pour tenter de pimenter un peu le truc. Sait-on jamais.

1. Faire jouer Jonathan Legear.

Bien évidemment, c’est ce que tout Liège, voir toute la Belgique attend depuis qu’il a signé son contrat en bord de Meuse. Zozo, cela reste quand même un personnage atypique. Et même un excellent joueur en son temps.

Bien sûr, il y a le côté « s’il retrouve son niveau il va faire mal ». Mais il y a aussi cet espoir de voir à nouveau quelques frasques de sa part. Une baignade en slip dans la Meuse, un accrochage sur le parking avec la voiture de Jelle Van Damme, ou une nouvelle coiffure sortie de nulle part. Qu’importe, tant qu’il nous fait marrer.

crop_7478451

« Z’arrive ! »

2. Ramener Jurgen Klopp pour les derniers matches.

La nouvelle est fraîche: l’impressionnant et très expressif Jurgen Klopp quittera Dortmund au terme de la saison. Pourquoi attendre, finalement ? Si la JPL veut se donner un côté un peu plus sexy, elle doit aller le chercher. MAINTENANT.

Jurgen Klopp coach de Courtrai, de Charleroi ou de Gand, qu’importe, tant que ses gueulantes résonnent et ses « grosses gueules » apparaissent chaque week-end le long de nos pelouses. « ARTUUUUUUUUUNNNNNNNGGGGG !!! DER KOPFFFFFFFF !!! NICHT DESCHACHT AAAAAAAH !!! Grumph… »

Borussia Dortmund's Juergen Klopp punches the air as he celebrates the third and winning goal against Malaga during Champions League quarter-final second leg soccer match against Borussia Dortmund in Dortmund

Fulguro-poing allemand

3. Des matches à handicap.

Vraiment, nous sommes tellement désespérés à l’idée de rendre nos rencontres intéressantes et originales qu’on en viendrait à les faire jouer sous handicap. Le principe est simple, chaque formation jouera, le week-end, avec un élément perturbateur. Ce dernier changera de semaine en semaine, histoire de varier les plaisirs.

Le vendredi, tirage au sort:

Bruges: interdiction d’utiliser son pied gauche,
Anderlecht: un joueur de champ devra échanger sa place avec le gardien,
Gand: la rencontre débute avec un but de retard,
Charleroi: tous les joueurs débutent avec un carton jaune,
Courtrai: les joueurs monteront sur la pelouse en bottes,
Standard: l’équipe sera coachée par José Riga.

4. Diviser les points jusqu’à ce que tout le monde soit à égalité.

L’idée originale, de diviser les points en deux pour récompenser les retardataires et sanctionner les bons élèves vient de la Pro League elle-même. Et si, dans sa grande bonté, cette Pro League divisait, à nouveau, les points. Encore. Et encore. Jusqu’à ce que tout le monde soit à égalité. Jusqu’à la dernière journée. Voir même la dernière minute de jeu. Et que le titre se joue sur la possession de balle. Tant qu’à faire…

5. Jouer sans arbitre

C’est risqué, dangereux, mais finalement, ça peut marcher. Déjà, fini les erreurs d’arbitrage. Et les discussions d’après-matches à ce sujet. L’homme en noir ne sera ENFIN plus une excuse. Mais que fera donc Michel Preud’Homme de ses temps libres, alors ? Bref.

Et puis, qui va cracher sur des fautes crapuleuses non sanctionnées ? Du sang sur le terrain ? Des joueurs qui ressemblent à des combattants de MMA plutôt qu’à des catcheurs ? Et des scores de 8-8, 7-4 et 9-2 ? Personne.

6. Faire jouer un supporter par match…

Une règle certes folle, mais ô combien amusante. Finalement, elle permettrait aux supporters d’enfin se sentir partant intégrante de l’équipe, ce qui changerait pour certains. A chaque match, un supporter intégrerait le onze de base, suivant un tirage au sort parmi les abonnés.

Voilà une donnée à prendre en compte pour les joueurs comme pour les coachs. « Bon, Claudine, tu as été tirée au sort, je sais que tu n’as jamais joué au foot, mais on va faire avec hein. Aujourd’hui, tu vas devoir tenir Daniel à la culotte. JE ME FOUS QU’IL SOIT EN CHAISE ROULANTE CLAUDINE. Il ne bouge pas, point. »

7. …ou faire jouer une « légende ».

Plutôt que de faire jouer un supporter, les clubs seraient plutôt favorable à l’idée de faire revenir un ancien. Un mec qui a du vécu, qui a marqué l’histoire de son club, et qui apporterait certainement un plus tant à l’équipe qu’aux Playoffs.

Sont cités, pour venir aider leur équipe dans la lutte pour le titre: Gert Verheyen à Bruges, Pär Zetterberg à Anderlecht, Frédéric Herpoel à Gand, Dante Brogno à Charleroi, Emile Mpenza à Courtrai et Laurent Ciman au Standard. COMMENT CA, « ENCORE LUI » ???

belga_brogno

Chauve qui peut.

8. Olivier Deschacht attaquant de pointe… pour la bonne cause.

Il s’est révélé, à bientôt 48 ans, meilleur attaquant qu’il n’a été défenseur durant toute sa carrière. La révélation de la saison, Olivier Deschacht, peut devenir le joueur frisson de notre fin de championnat. Comment ? En jouant en pointe, en lieu et place de Mitrovic, pardi !

Et à chaque goal marqué, le blondinet offrirait à une association caritative sa prime de but. De toute manière, il ne verrait pas la différence, elle ne lui a guère servi tout au long de sa carrière. Il ne reste qu’à choisir le nom de cette opération: Oli-vie ou Oli-thon.

ff9960f38ceec89ad31bc36fa53f7222-1429992950

« Viens faire un câlin avant que je ne prenne ta place »

9. Interdire les matches nuls.

Déjà qu’en temps normal, rien n’est clair dans ces playoffs, alors si les formations participantes commencent à partager non-stop, on n’en sortira pas. Fière d’avoir regardé un match de basket-ball pour la première fois, les big boss de la Pro League kiffent l’idée de prolonger le game jusqu’à ce qu’il y ait un vainqueur.

En cas de partage à la 90e, 5 minutes de jeu sont ajoutés. Puis 5 minutes. Puis 5 minutes. Puis 5 minutes. Puis 5 minutes. Puis 5 minutes. Puis 5 minutes. Puis 5 minutes. Puis 5 minutes. Puis 5 minutes. Puis 5 minutes. Puis 5 minutes. Puis 5 minutes. Puis 5 minutes. Puis 5 minutes. Puis…

10. Proposer du beau jeu.

Tout simplement.

BONUS: les idées non retenues

Kiki l’Innocent aux commentaires – Stéphane Pauwels coach d’une équipe – du laxatif avant les matches pour les joueurs – faire jouer le Standard et Anderlecht l’un contre l’autre chaque week-end – légaliser le dopage – le retour des poteaux carrés – arrêter avec ces playoffs.

Publicités

Une réflexion sur “TOP 10: Comment pimenter les Playoffs 1.

  1. Dam's dit :

    Et pourquoi pas un échange de joueur à chaque matchs? Avant chaque coup d’envoie on fait un tirage au sort :
    Bruges – Courtrai : Vazquez contre Chevalier
    Gand – Charleroi : Kums contre Kebano
    Anderlecht – Standard : Defour conte Van Damme, soyons fou

    Et tant qu’a faire tournante des entraineurs, ça permettrait au Standard d’avoir de vrais entraîneurs de temps en temps :p

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s