Comme un lundi… pas trop caca pour les Wallons !

ENFIN ! On est arrivé au bout, ouf. On n’a perdu personne en route ? Vous êtes toujours bien accrochés ? Nikel. Donc, pour cette grande dernière, la phase classique a quand même fait fort. Charleroi réussit un exploit, le Cercle un autre. Des records ont été battus, les Flamingants remis en place, tandis que Julien de Sart a donné une leçon de foot à Ronaldo et Messi. On y va ? On y va.

Avant tout, petite musique d’ambiance pour célébrer la fin de cette phase classique qui n’aura pas été si chiante que ça, après tout.

LE TOP

Charleroi. Ils l’ont fait ! C’est beau, c’est grand, c’est dingue, c’est Zébré ! Les chances de les voir arriver en PO1 en début de saison étaient infimes. Elles étaient quasiment nulles avant le coup d’envoi hier, puisque qu’ils n’avaient pas leur sort en main. Mais finalement, les Carolos ont pu compter sur la solidarité wallonne (volontaire ou pas, OSEF de toute manière) pour intégrer, pour la première fois de son histoire, les PO1.

Après des années de galère, dont un passage en D2, le club du Pays noir voit aujourd’hui la vie en rose. Qu’il profite, qu’il savoure. Mais qu’il n’oublie pas d’où il vient.

Joyeux PO1, les Carolos !

charleroi_victoire

Photo de famille. Dites Cheese !

LE FLOP

Le Cercle de Bruges. Les grands perdants, avec Genk, de la journée. Mais la différence, avec les Limbourgeois, c’est que les gars de la Venise du Nord avaient tout en main pour être sauvés. A la 89e, le score était bien de 2-0 en leur faveur face à un Malines qui n’avait pourtant plus rien à gagner ou à perdre.

La suite ? Elle devrait être interdite au moins de 18 ans. Fifty shade of Cercle Brugge.

LA BONNE NOUVELLE

Finalement, il n’y a que 6 points d’écart entre le premier et le 6e. Et 2 entre le 1er et le 3e. Et 2 entre le 2e et le 4e. ENFIN SOIT JE VAIS PAS TOUS VOUS LES FAIRE. Bref, encore une fois, on se dit « tout ça pour ça ». Mais encore une fois, les PO1, tant critiqués et controversés, risquent de nous faire vibrer contre notre gré. Chouette, et merde à la fois…

Mais avant ça, profitons de deux semaines de coupure. La finale de la Coupe de Belgique puis les Diables Rouges vont permettre de se mettre bien, de se relâcher, et de bien se préparer pour les 8 semaines de stress qui arrivent. Si vous devez aller au dentiste, au coiffeur ou chez le gynécologue, c’est le moment. Après, ça sera trop tard. Je vous aurez prévenu(e)s.

LA MAUVAISE NOUVELLE

Bien entendu, le top-6 va nous régaler, en principe, durant les dernières semaines de championnat. Bien entendu, on sera aussi attentif aux PO3, puisqu’un club quittera la prestigieuse JPL. Tandis que l’autre ne sera qu’en sursis. Enfin tout ça, vous le savez déjà. Mais alors, une question nous taraude tous:

QUE VONT FOUTRE LES HUIT AUTRES CLUBS PENDANT CE TEMPS ?

(elle taraude tellement qu’elle se marche dessus, c’est fort).

Sérieux, quel autre métier que footballeur d’un modeste club de JPL vous met en congés annuels/chômage technique au mois de mars ? Hein ?

LE TRUC DRÔLE

Genk qui chante « Et les Wallons c’est du caca ». Un grand classique, oui. Sauf que quand on est battu chez un Wallon, doublé par un Wallon sur le fil pour les PO1 (et que, accessoirement, le 3e club wallon sauve sa peau au détriment de clubs néerlandophones), on ferme bien sa gueule de Flamingant.

Bordel de… merde. (Haha, le jeu de mot, avec caca et merde. Soit).

655391628

Pour rappel, le petit mec tout à droite, c’est aussi un Wallon…

LE TRUC PAS DRÔLE

Les records négatifs. Celui de Bruges, en tête avec « seulement » 31 unités, le plus faible total depuis l’instauration des PO. Et puis, celui des meilleurs buteurs. Seulement 14 pions plantés par Mitro « 5 millions » goal… en 30 matches. Olé !

Les optimistes verront le verre à moitié plein, en se disant qu’on connait un championnat très serré, avec des équipes qui se valent, où tout le monde peut battre tout le monde, où on joue match après match (et patati, et patata).

Les autres se diront qu’on est en Belgique. Une fois.

LE JOUEUR AU TOP

Julien de Sart (Standard). Avec un but de toute grande classe, sans doute un peu génétique, mais aussi beau qu’important, Juju a réussi l’exploit de faire exploser deux stades en même temps, d’une seule frappe. Mais quelle frappe. Un premier BOUM à Liège, un second BOUM à 100 km de là, du côté de Charleroi, dans les secondes suivantes. Deux publics, deux clubs et deux couleurs qui l’acclament. Ni Ronaldo, ni Messi, ne peuvent se vanter de pareil exploit.

755777530_B975026232Z.1_20150315200322_000_GTV45HO29.1-0

LE JOUEUR PAS AU TOP

Anthony Vanden Borre (Anderelecht).
« Antho’, fais gaffe à Moses Simon. Depuis son arrivé en Belgique, il cartonne, il fait super mal. Tu le tiens à l’œil, il ne bouge pas, OK ? »
« Cool, cool ».

LE MATCH DU WEEK-END

Waasland-BeverenLokeren (0-0). Putain, ça va être bien les Playoffs 2 !

LE TWEET

Celui de Benito Raman, buteur de Gand, qui, avec ses équipiers, s’est permis une sympathique photo devant la tribune visiteur en liesse, et les sièges vides anderlechtois… Propre.

_________________________________________________________________

Comme on l’a commencé, on termine en chanson. C’est la fin de la phase classique, mais c’est le début des choses sérieuses. (oui bon, désolé, j’ai pas trouvé mieux…)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s