Diables Rouges : d’émotions en émotion.

Il m’a fallu un jour pour me remettre de cette sacrée soirée (comme disait Jean-Pierre Foucaut) du mardi 17 juin 2014. On a eu peur, on a tremblé, on a même douté. Avant d’être soulagé, heureux, voir même fou. Que c’est bon, d’être fan de foot. C’est pour ce genre de soirée qu’on l’aime. Les Diables Rouges, c’est de l’émotion à en crever.

La déception (17/06/02 au 10/10/13)

BelgiqueBrésil, juin 2002, défaite 0-2 malgré ce légendaire but de Marc Wilmots injustement annulé. A l’époque, personne ne se doutait que la Belgique allait vivre une longue traversée du désert. Les Coupes du Monde 2006 et 2010, sans nous. Les Euros 2004, 2008 et 2012, sans nous. On en aurait presque oublié à quoi ressemblait une grande compétition avec nos Belges. Plus ce stress, cette impatience, cette ferveur, ce patriotisme. Qui sont aujourd’hui revenus…

5a25884871993128918d5cd599d08686-1400513567

Marc Wilmots, héros en 2002, héros en 2014

L’impatience (11/10/13 au 17/06/14)

Elle a été longue, l’attente, entre le moment de la qualification et ce premier match de Coupe du Monde depuis douze ans. Depuis ce succès en Croatie (1-2, encore merci Romelu), tout le monde n’attendait qu’une chose : le Mondial. Le peu de choses que nous avons eu à nous mettre sous la dent (le tirage au sort des poules, les matches amicaux, la sélection définitive des 23, le nouveau contrat de Marc Wilmots, la blessure de Benteke, etc.) ont eu du mal à combler cette interminable attente longue de 8 mois. Huit mois ! Ils ont paru presque aussi long que ces 12 années d’abstinence de compétitions internationales. Bon, c’est moins qu’une grossesse. Moins d’émotions aussi. Mais nous parlons bien entendu de football, hein.

524e55e335703eef3a0e1c7f

Chauds comme la braise en attendant le Mondial!

La hâte (17/06/14 – 7h30–17h55)

Quelle fut longue, cette journée du mardi 17 juin. Le premier match des Belges dans un Mondial depuis 12 ans. Et la longueur de cette attente fût à la hauteur du stress de cette journée. Qu’on ait été au travail, à l’école, au dentiste ou à la maison, impossible de tenir en place, d’être tranquille, de ne pas penser à cet évènement. La dernière heure fut la plus difficile. Rester assis ? Impossible. Ne pas transpirer ? Impossible. Rendre visite à ses grands-parents ? Impossible. Vite, ce match, bordel.

85b36f3654f3306aed348304562b9752-1403038697

Depuis le temps qu’on attendait ça!

La fierté (17h55-18h05)

Les joueurs sont dans le tunnel, habillés, prêts à monter. Rodrigo aux commentaires. Les supporters sur place font du bruit. On y est, ça y est. Ils montent sur la pelouse. Frissons. Et puis, résonne: « Ô Belgique, ô mère chérie… » Oh oui! Que ça faisait longtemps! « A toi nos cœurs, à toi nos bras… » Ils ont l’air concentré, c’est bon signe! « A toi notre sang, ô Patrie. Nous le jurons tous tu vivras. » Et donc nous sommes comme des cons à chanter dans le salon ? OK. « Tu vivras, toujours grande et belle. Et ton, invincible unité… » Bon, à l’instar des joueurs dans quelques minutes, il est temps de tout donner. « Aura, pour devise immortelle, le Roi, la loi, la liberté. le Roi, la loi, la liberté! LE ROI, LA LOI, LA LIBERTÉ! » Ta-tata. Quel bonheur d’entendre à nouveau ces couplets en Coupe du monde. Larme à l’œil.

national anthem vk

Quelle fierté! Quelle émotion!

 La concentration (18h05-18h24)

Le match a débuté, fini de rigoler et de discuter. Concentration. Dans le match. Bon, ce début n’est pas terrible, mais on va les avoir à l’usure, ces Algériens. Sur papier, il n’y a quand même pas photo. Par contre ça fait 20 minutes qu’on joue, toujours pas une passe réussie on dirait. Heureusement qu’en face, ils n’ont pas grand-chose. Restons concentrés et sereins, ça va venir.

Merde, l’Algérie part en contre. Joli centre et… Putain! Jan! Qu’est-ce que tu fous?

61543

Tu as déconné, Vertonghen…

Le stress (18h25-19h24)

0-1 pour l’Algérie… Le pire des scénarios. Déjà que ces mecs n’ont rien montré du début de match, voilà qu’ils vont bétonner derrière. Bon, la tâche s’annonce bien ardue. Mais pas impossible. Fini de rigoler, fini de faire des blagues. Concentration maximale. Désolé pour vous, Mesdames. Désolé aussi pour nos ongles. Et pour les éventuelles chaises qui voleraient dans le jardin à la pause. Mais là, on ne vit plus, on survit.

Marc, fais quelque chose. Je ne sais pas moi, fais monter Marouane et/ou Dries. Ils peuvent apporter un truc…

53a1281d3570c0e7433b5457

La touffe de Marouane entre en piste!

Le soulagement (19h25-19h34)

GOOOOOOOOOOOOAAAAAAAAAAAAAALLLLLLLLLLLL !!! Marouane… FELLAINI! Marouane… FELLAINI! Marouane… FELLAINI!!! (Attention, vulgarité en approche) Putain de bordel de merde! Ah que c’est bon! Une heure à  stresser, voir même à paniquer, à craindre la grosse désillusion. Finalement, nos Belges sont en train de (largement) méritoirement sauver les meubles. Marc Wilmots a enfin un successeur au palmarès des buteurs belges en Coupe du Monde. Bon, on se sent déjà mieux. Ramène une bière au passage tant que tu es debout, Crouch!

Il reste encore assez de temps pour s’offrir ce succès qu’on mériterait et qui ferait tellement de bien. Oh Eden, lève ta tête, regarde, Dries est parti…

53a170433570c0e7433b956a

Bim Bam Boum, Dries passe par là!

L’euphorie (19h35-19h45)

é »‘GFDFG(èFG467HrMe²teh(§U64HEj§u’uG' »Li² »§!è(!&àçHgfj9§T’é&E§75g!!!!!!!!!!! Nom de dieu de nom de dieu! 2-1! Et petit cœur traditionnel signé Dries Mertens, M. Montée-au-Jeu. Je n’entends plus rien, je ne vois plus rien, je ne pense plus rien! This is la folie! Où est-on ? Que se passe-t-il ? Qui suis-je ? Dommage que personne ne filme ça…

Après ce début de match décevant, après ce but, après cette heure de stress, un tel soulagement, c’est dingue! On oublie tout, on gueule, on saute, on chante, on est 20 dans un salon pouvant contenir maximum 10 personnes. On s’en fout, on est Champion du Monde pour un soir! LA LA…

marouane-fellaini-comemora-gol-contra-a-argelia

Marouane, El Sauveur.

L’émotion (20h à maintenant)

Depuis ce succès, le supporter belge est sur un petit nuage. Je peux vous le confirmer. Bien sûr, ce n’est qu’un succès. Bien sûr, ce n’était que l’Algérie. Bien sûr, il ne faut pas oublier cette première période dégueulasse. Mais la dernière fois qu’on a vécu quelque chose comme ça, c’était il y a douze ans. Douze ans! J’étais encore à l’école, je ne me rendais même pas compte que je devrais attendre tout ça avant de le revivre. Cette fois, c’est fait, et on savoure. Parce qu’on ne sait pas ce que l’avenir nous réserve. Dans le foot, comme dans la vie (Moment philosophique: OFF).

Dries "Petit Coeur avec les mains" Mertens

Dries « Petit Coeur avec les mains » Mertens

Publicités

Une réflexion sur “Diables Rouges : d’émotions en émotion.

  1. Davy dit :

    Super présentation d’articles et les « private joke » m’ont bien fait rire!! (Encore super deg pour la caméra…. :S)

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s