C’est quoi, un footballeur sur la fin ?

Dans le football, il y a les jeunes, qui débutent, qui courent dans tous les sens, qui envisagent de faire carrière. Et puis, il y a les plus vieux, ceux dont la carrière est aujourd’hui derrière. Ces futurs pensionnés du football jouent toujours avec passion, mais pour combien de temps ? Bonne question… C’est quoi, un footballeur sur la fin ?

Une retraite annoncée. En début de saison, on annonce que c’est bien la dernière. Même si c’est la quatrième fois qu’on l’annonce…

Du mal à se remettre. Pour un jeune, après le match du dimanche, le lundi c’est repos. Mais dès le mardi, on peut remettre ça. Pour un plus vieux, c’est repos… jusqu’au dimanche suivant.

Reculer dans le jeu. Attaquant de formation, tu as joué sur un flanc la grande majorité de ta carrière. Aujourd’hui, tu te retrouves au back. Et tu dépannes même de temps en temps au goal.

De l’expérience. Entouré de plein de petits jeunots, tu aimes bien raconter ton vécu et tes exploits. Sauf qu’eux s’en foutent et n’en gobent pas un mot.

Fin de carrière. Contrairement à de nombreux grands sportifs, tu ne termines pas au sommet de ta gloire, sur un titre ou un trophée individuel. Non, toi, tu arrêtes sur une blessure, dans un match de réserves ou de vétérans, sur un terrain tout crasseux. Mais ça a son charme aussi.

Des histoires de famille. Tu t’es déjà rendu compte que tu jouais avec les enfants d’un ancien coéquipier, avec qui tu évoluais à tes débuts. Coup de vieux.

Préparer la fin. Pour finir ta carrière en beauté, tu aimerais organiser ton jubilé. Comme Zidane et Figo, tu te demandes qui inviter. Mais contrairement à eux, ce n’est pas parce que tu pourrais inviter tellement d’anciens coéquipiers. C’est plutôt le contraire. Faut les comprendre, ils sont tous déjà grands-pères.

Des changements de règles. Tu as connu les passes en retrait au gardien, les victoires à deux points, le but en or et même les hors-jeu de position. Et des fois, tu t’emmêles un peu les pinceaux.

Des changements de règles bis. Tu as aussi connu l’arrêt Bosman. Mais ça n’a pas changé grand chose à ta carrière.

Des surnoms. Toujours sympas: papy, grand-père, l’ancêtre, vieux machin, ou encore le dinosaure.

Des sujets de conversation différents. Pendant que tes jeunes coéquipiers parlent de Buzz, de Xbox, de Hachtag ou de Candy crush, tu te demandes si tu parles la même langue.

Parler de femmes. Malgré l’âge, un vestiaire reste un vestiaire. Et après le match, on parle de gonzesses et de conquêtes amoureuses. Jusqu’au jour où tu te rends compte qu’un de tes coéquipiers parle de ta fille. Coup de vieux bis. Et coup de sang.

Une reconversion à trouver. Même si tu te sens sur la fin, tu n’as pas encore réfléchi à ton après-carrière. « Bah on verra à la fin de la saison… On ne sait jamais, je peux peut-être en faire encore une dernière. »

Des connaissances. Généralement, tu connais tous les entraîneurs des équipes adverses. Tu les as soit affrontés ou soit pris sous ton aile quand ils débutaient si ils étaient dans la même équipe. Coup de vieux ter. Voir coup de mou.

Un style différent. Tu constates, avec beaucoup d’effroi, que les chaussettes se placent au-dessus des genoux, que les chaussures sont devenues rose ou orange, qu’on porte des t-shirts tout moulant sous les maillots et que les shorts sont devenus taille basse.

Fan de musique. « Une radio dans le vestiaire ? D’accord. Un peu de Cabrel ou de Goldman avant un match ça peut détendre… »

Des tournées générales. Pendant que tes jeunes équipiers tournent au Coca, au Sprite ou à la bière pour les plus « grands », toi, tu dégustes ton Orval. La sagesse…

Un petit malin. Tu es peut-être plus lent qu’à tes débuts, mais tu connais moultes trucs et astuces pour empêcher ton adversaire de passer. Un petit coup par ci, une pincette par là.

Du vocabulaire. On ne dit pas « 5 mètres de retard« , on dit « un bon placement« . Et on ne dit pas « de la maladresse« , on dit « la faute intelligente« .

Du vocabulaire bis. Tu es le dernier de ton équipe à parler de « coup de pied de but« , « coup de coin« , ou de « coup de réparation« . L’anglais, ce n’est pas ton truc.

Des histoires vraies. Les jeunes de ton vestiaires te font rire à se plaindre de la température de la douche. Alors tu leur racontes qu’à ton époque, il fallait casser la glace dans une bassine pour se laver. « MAIS TA GUEULE ! »

Du respect. Généralement, on te laisse le brassard, les penalties, ton numéro de maillot fétiche, ta place préférée dans le vestiaire et la première douche. Par respect. Ou par pitié ?

Du vécu. Alors que certains s’apprêtent à suivre comme il faut pour la première fois (ou presque) la Coupe du Monde de nos Diables, tu te souviens avoir vibré lors de Mexico 86. C’était durant ta vingtaine…

Des idoles. Ryan Giggs, Rivaldo, Roger Milla, Paolo Maldini ou le régional Timmy Simons, ces mecs que tu respectes au plus haut point.

Avoir l’air de rien. Avec tes cheveux gris, ton ventre bedonnant, tes rides grandissantes, ton vieux short, tes chaussettes trouées, tu ne fais plus peur à personne. Mais qu’ils essayent de venir te prendre la balle dans les pieds, les puceaux d’en face.

Une dernière saison. Enfin, l’avant dernière.

Publicités

2 réflexions sur “C’est quoi, un footballeur sur la fin ?

  1. Davy dit :

    Sans oublier les rencontres de sélections provinciales de l’époque avec les futurs « stars » de la région, dans un tournoi à l’étranger! Si proche mais si loin d’un début de carrière pro…. ;)

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s